Voyages

"Le bleu intact du ciel, la silhouette farouche et sombre des eucalyptus,
à quelques pas de là, et puis, les cris d’étranges oiseaux, cris éclatants d’étranges et rutilants oiseaux,
passant comme des ombres. Seuls ces cris et parfois comme le coassement d’une grenouille,
interrompaient ce silence indescriptible, absolu, millénaire, de la brousse australienne."

D. H. Lawrence

Gold coast (43766) Brisbane (44299) Story Bridge - Brisbane (55256) Story Bridge - Brisbane (55273)

"Quel calme nocturne, quel calme
Quel calme nocturne, quel calme nous pénètre du ciel.
On dirait qu’il refait dans la palme de vos mains le dessin essentiel.
La petite cascade chante pour cacher sa nymphe émue …
On sent la présence absente que l’espace a bue."

Rainer Maria Rilke

Salzbourg, marché de Noël (39202) Salzbourg, pont (39206) Salzbourg (39223) Salzbourg (39315)

"Je traverse le bassin pour cueillir les lotus.
Il y a tant de fleurs parfumées.
Les cueillir, pour qui ?
Celle à qui je pense est si loin de moi !
Mon regard erre pour voir mon pays,
Les routes lointaines barrent mon songe du retour.
Nos cœurs sont les mêmes, nos corps sont séparés.
L'inquiétude et la tristesse conduisent à la vieillesse."

Auteur inconnu, traduis par TSEN TSONMING

Canton - Chine (00559) Maison de village - Chine (00039) Le chapeau - Chine (00100) Levé de soleil sur Hebi - Chine (19902)

« Maintenant, c'est moi qui raconte ! dit le vent.
- Non, si vous permettez, protesta la pluie, c'est mon tour à présent ! Cela fait des heures que vous êtes posté au coin de la rue en train de souffler de votre mieux.
- Quelle ingratitude ! Soupira le vent. En votre honneur, je retourne les parapluies, j'en casse même plusieurs et vous me brusquez ainsi !
- C'est moi qui raconte, dit le rayon de soleil. Il s'exprima si fougueusement et en même temps avec tant de noblesse que le vent se coucha et cessa de mugir et de grogner ; la pluie le secoua en rouspétant : «Est-ce que nous devons nous laisser faire ! Il nous suit tout le temps. Nous n'allons tout de même pas l'écouter. Cela n'en vaut pas la peine. »

Le Soleil Raconte (extrait) - Conte d'Andersen

Petit matin brumeux - Copenhague (42204) Garde Royale - Copenhague (43191) Lever de soleil d'hiver - Copenhague (42208) Port de Copenhague (42289)

"Le vent soufflait comme à son dernier souffle;

La pluie crépitante tourbillonnait dans la bourrasque;

L'éclat bref des éclairs se perdait dans l'obscurité;

Longuement, sourdement, le tonnerre grondait:

Cette nuit-là, même un enfant aurait compris

Que le Diable avait sur terre à faire quelque affaire..."

 

Poesie de Robert Burns (1759 - 1796).

Highlands (51670) Joueur de cornemuse - Edingbourg (51319) Prisons d'Edingbourg (51340) Edingbourg (51348)

"La belle Egypte au bord du Nil

Danse,

Air léger sur l’eau claire ;

La jolie fille aux reflets verts

Joue,

Cheveux gais, robe en fil.

Le noir bédouin du grand désert

Crie,

Sol torride et vent vif ;

Le garçon dur au corps massif

Court,

Œil de sang, ventre amer.

Les deux amants, flammes et miel,

Roulent,

Eclairs et tournoiements ;

Le Nil discret paisiblement

Va,

Impassible, éternel."

 

Extrait des chants de l'amour de l'Egypte Ancienne.

Rond point - Le Caire (49023) Le chamelier de Gizeh (49123) Emeutes au Caire (49025) Transport urbain - Le Caire (49028)

"La Provence est un songe. Je la sens vivre autour de moi, profonde, mystérieuse, solaire. C’est la lumière qui m’a toujours attiré; mes yeux n’y voient presque rien. Je ne suis heureux que dehors, sur les chemins et dans les arbres. J’aime tous les ciels et toutes les saisons.

Je l’entends respirer comme j’entends mon cœur au milieu de la nuit. Et quand je ferme les yeux, je l’entends encore mieux. La Provence est comme ma vie, je ne la comprends qu’en marchant. Et ainsi jusqu’au soir, je laisse les heures emporter ma vie et mes songes. Je marche sur cette terre brûlée vers l’ombre violette des collines et des clochers de cuivre. J’aime quand le vent soulève comme une robe l’eau des fontaines. J’aime la plainte d’un volet qui s’entrouvre à 6 heures du soir en été sur un espoir de fraîcheur. Je sais qu’inlassablement je marche vers mon enfance, vers le pays de ma mère."

René Fregni (introduction du livre Empreintes : 1997)

« Les maisons pointues ont l’air de pencher. On dirait qu’elles tombent. Les mâts des vaisseaux qui s’embrouillent dans le ciel sont penchés comme des branches sèches au milieu de verdure, de rouge, de rouille, de harengs saurs, de peaux de moutons et de houille. »

Francis Jammes, Le Deuil des primevères, 1901

Amsterdam (41662) Facade traditionelles - Amsterdam (41679) Les canaux d'Amsterdam (41790) Amsterdam (41797)

"Du septième ciel aux confins de la mer montent les soleils dansants devant les tentures ouvertes, et les ondes de la mer de lumière, aux plis virevoltants, déferlent et bouillonnent contre le rivage de l'ombre."

Einar Benediktsson, traduction Patrick Guelpa.

Reykjavik - Islande (55505) Reykjavik - Islande (55791) Reykjavik - Islande (55814) Reykjavik - Islande (55828)

"Terre rouge terre noire,
tu viens de la mer,

du vert rivage,
où sont les paroles
antiques et la fatigue du sang
et les géraniums parmi les pierres."

Sofia di Natale

"Toujours je me réveille avant le point du jour, et j'écris lourd de ce sommeil que j'ai perdu.
Puis dans cette torpeur où le froid gagne l'âme, je guette l'aurore, tant de fois déjà vue.

Je la fixe sans attention, gris-vert qui se bleuit du chant des coqs.
Quel mal à ne pas dormir ? Nous perdons ce que la mort nous donne en avant-goût.

Ô printemps apaisé, aurore, enseigne à ma torpeur où le froid gagne l'âme, ce qui en mon âme livide la colore de ce qui va se passer dans le jour."

Fermando Pessoa

Pont Dom Luis - Porto (38014)

"La lune traverse au milieu des ténèbres, fantôme accompagnant la nuit, répandant sur les mélancoliques clairières une lumière glacée.
Elle galope la troïka, avec son monotone grelot de traîneau, au son métallique. Je suis épuisé devant cette neige lugubre, affamé, gelé jusqu'à l'os.
Cocher tout de simple vêtu, chantant tout en claquant le fouet; une fois quelques bribes d'une triste passion, une autre fois une chanson à boire.
Pas une lumière ne brille, pas une seule sombre cabane isolée... Neige et silence...seules filent le long de la troïka les bornes du chemin, nues et bigarrées."

Alexandre Sergueïevitch Pouchkine

"Qu’est-ce qu’il y a d’impérissable en Valais ? Eh bien ! la lumière : celle si belle en février sur tous les coteaux, cette rose ardente vers le soir ou cette blancheur entre soie et flamme qui court sur les taches de neige dans le matin. Et puis elle est aussi dans les hommes, c’est le seul avenir auquel je crois, elle est la beauté même du présent."

Maurice Chappaz.

"Il était tard - le premier mai - un soir de mai - le temps d'aimer.
Et la voix de la tourterelle si frêle invitait à l'amour parmi les pins qui embaumaient.
D'amours les mousses chuchotaient; l'arbre en fleur semblait un regret,
le tendre rossignol chantait à la rose qui soupirait.
"

Karel Hynek Mácha 1810-1836

Sous les ponts de Prague (49423) Prague - Tchéquie (49388) Prague - Tchéquie (49398) Prague - Tchéquie (49413)

กรุงเทพมหานคร อมรรัตนโกสินทร์ มหินทรายุธยา มหาดิลกภพ นพรัตน์ราชธานีบุรีรมย์ อุดมราชนิเวศน์มหาสถาน อมรพิมานอวตารสถิต สักกะทัตติยะวิษณุกรรมประสิทธิ์

« Ville des anges, grande ville, résidence du Bouddha d'émeraude, ville imprenable du dieu Indra, grande capitale du monde ciselée de neuf pierres précieuses, ville heureuse, généreuse dans l'énorme Palais Royal pareil à la demeure céleste, règne du dieu réincarné, ville dédiée à Indra et construite par Vishnukarn »

Nom officiel de Bangkok.